Écorces vives d’Alexandre Lenot

« Il doit être vraiment bon », c’est ce que je me suis dit quand j’ai appris que le Prix Première avait été décerné pour la toute première fois à un polar. Avec ses plus de dix années d’existence, ce prix ne s’était jamais intéressé qu’à la littérature blanche. Ce premier roman d’Alexandre Lenot valait donc la peine qu’on s’y intéresse.

Et pour cause, Écorces vives est composé d’une surprenante galerie de destins croisés : une veuve qui cherche des réponses, une jeune citadine qui semble fuir quelque chose, un pyromane au cœur brisé, des orphelins pour qui la vie continue, un enquêteur boiteux fuyant la ville… Leur point commun ? Ce sont des étrangers.

Lire la suite

Comme des rats morts de Benedek Totth

Décidément, l’adolescence en prend pour son grade ces derniers temps en littérature. Loin des nombreux clichés enjolivés sur cette importante période de transition, Benedek Totth nous dépeint une adolescence égoïste, destructrice, obscène et globalement désespérante.

Un cycliste écrasé lors d’une soirée de beuverie et abandonné sur le bas de côté de la route en début de roman donne directement le ton. Nos quatre adolescents blasés n’ont qu’un seul objectif : le plaisir immédiat. Drogues, porno, violence, sexe, tout y passe pour éviter l’ennui. Le meurtre du cycliste est vite oublié et apporte un sentiment d’impunité à notre quatuor qui repoussera rapidement toutes les limites. Lire la suite