La Passe-Miroir, Livre 1 : Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Sur l’arche d’Anima, les objets ont une âme. Les maisons grincent lorsqu’elles ont froid, les fiacres circulent sans chevaux et vous devriez vous méfiez des écharpes, elles peuvent vous étrangler lorsqu’elles sont de mauvais poil.

Quand Ophélie apprend qu’elle est fiancée à un homme venu du Pôle, une autre arche, elle ne comprend pas pourquoi les Doyennes ont accepté cette demande saugrenue. C’est que la jeune Ophélie n’a rien d’extraordinaire : menue, timide, maladroite, c’est une liseuse, entendez par là qu’elle sait lire le passé des objets d’un contact de la main, comme beaucoup d’habitants d’Anima. Par contre, elle sait aussi se déplacer en traversant les miroirs, ce qui est un don plus rare. 

Malgré ça, vraiment, Ophélie ne voit pas pourquoi elle a été choisie pour épouser le lugubre et austère Thorn. Leur rencontre hâtive à sa descente du dirigeable n’inaugure rien de bon pour Ophélie, mais lorsque les Doyennes prennent une décision, elle est irrévocable. La voilà embarquée avec sa tante pour le glacial Pôle ! Une fois arrivée sur cette arche, Ophélie comprend vite que l’ambiance sera radicalement différente d’Anima. Le complot y est maître, ses habitants sont brutaux et ont des pouvoirs terrifiants, tandis que les trahisons et les morts inexpliquées font partie du quotidien. Dans l’attente du mariage qui devrait leur apporter une certaine protection, Ophélie et sa tante vont devoir se cacher pour rester en vie. Thorn lui prédit qu’elle ne survivra pas à l’hiver, l’intrépide Ophélie est prête à lui prouver le contraire. 

La Passe-Miroir, c’est avant tout une écriture très visuelle, les mots prennent littéralement vie sous la belle de plume de Christelle Dabos. Cela faisait longtemps qu’un univers littéraire n’avait pas créé une telle addiction chez moi, ça m’a rappelé le style de Miyazaki que j’affectionne particulièrement. En plus de ça, les personnages sont nombreux à la Cour du Pôle, et pourtant l’autrice en fait rapidement des amis que l’on a l’impression de connaître depuis toujours. De l’intrigant Archibald à l’imprévisible Bérénilde, on s’attache à chacun d’entre eux malgré leurs défauts. S’il fallait émettre une critique, je dirais que certains personnages sont peut-être trop caricaturaux. Mais honnêtement, à ce reproche près, on se laisse volontiers emporter dans cet univers magique à l’intrigue originale, qui sait ménager un suspense réellement efficace presque à chaque fin de chapitre.

Voilà donc un beau bébé de près de 600 passages que j’ai dévoré bien trop vite. Moi qui lis généralement très lentement, j’ai terminé le livre et commander les tomes suivants en moins de deux jours. Le livre est pourtant encore classé dans la catégorie jeunesse, mais il a bien plus à offrir à ceux qui apprécie la bonne Fantasy. 

Christelle Dabos, La Passe-Miroir, Livre 1 : les fiancés de l’hiver, Editions Gallimard, 2013. 
Coup de coeur

2 réflexions sur “La Passe-Miroir, Livre 1 : Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s